Construire et acheter

Un logement de rêve: un amateur d’antiquités vit dans un cinéma

Sira Huwiler-Flamm

Sur la Burgfelderplatz à Bâle, l’amateur d’antiquités Andreas a réalisé son rêve en aménageant un loft de 600 mètres carrés. Construit en 1929, le plus ancien cinéma son et lumière de Suisse offre au collectionneur et à ses trésors un nouveau domicile à caractère de musée.

Andreas Häner est assis sur son escalier des années 1950 – à l’arrière-plan, on peut voir deux doubles portes.
© Natascha Vavrina

Dans cet article

Tout commence par l’imagination

Vivre dans un ancien cinéma érotique? Ce qui peut sembler sordide va cette année devenir réalité pour Andreas Häner, 54 ans. Et le passé du bâtiment Art Déco de la Burgfelderplatz n’est pas aussi dépravé que cela: le «Corso» a été construit en 1929 comme première salle de cinéma équipée pour le film sonore et il a ouvert ses portes en 1931 – ce qui fait de lui le plus ancien cinéma son et lumière de Suisse. Ce n’est qu’au milieu des années 1970, avec la légalisation de la pornographie en Suisse, qu’il s’est tourné vers les films comportant des scènes de nu. Depuis sa fermeture en 2011, la partie cinéma du bâtiment était vide.

«Quand je me suis retrouvé dans cette immense salle pour la première fois, en janvier 2016, j’ai pensé: c’est un cauchemar de 375 mètres carrés», se souvient Andreas Häner. «L’obscurité totale, pas une seule fenêtre, juste une immense et inutile salle obscure.» Toutefois, malgré le choc initial, il est au fond de lui sûr d’une chose: «C’est ma nouvelle maison.» Des centaines de parties intéressées avaient examiné le bien immobilier pendant les cinq années de vacance du bâtiment, mais personne n’en voulait. «L’effort pour apporter de la lumière dans l’obscurité les a littéralement découragés», raconte Andreas Häner en rigolant, «et ils n’avaient probablement pas l’imagination nécessaire pour visualiser ce que l’on pouvait tirer de ce trou noir.»

Pour le plus grand bonheur de Häner: «La longue vacance du bâtiment avait considérablement fait baisser le prix.» Le Bernois, qui collectionne des antiquités et des œuvres d’art depuis des décennies et a étudié l’histoire de l’art et de l’architecture, reconnaît immédiatement le potentiel du cinéma: «Les plafonds de près de sept mètres de haut permettent d’aménager un deuxième étage – et donc environ 600 mètres carrés de surface habitable, ce qui offre beaucoup de place pour mes nombreux trésors de collectionneur.»

Dans le hall central de l’appartement, un énorme lustre est suspendu au plafond. La grande pièce est remplie d’objets de collection en plus d’abriter une bibliothèque et un coin salon confortable.

La pièce maîtresse de l’appartement: un hall central avec bibliothèque, lustre et coin salon confortable a été créé à partir de l’ancienne salle de projection.

La transformation: de la salle de cinéma à l’appartement en duplex

Avec un architecte, il s’attèle à la planification: «J’ai trouvé fascinante la possibilité de construire une maison entièrement nouvelle dans une structure existante située en plein cœur de la ville.» Le bâtiment étant classé monument historique, son enveloppe reste dans son état d’origine. Cependant, la gigantesque salle de cinéma se transforme en appartement en duplex avec un hall central et une galerie. Grâce à une immense fenêtre de toit, la salle autrefois obscure est devenue la pièce maîtresse inondée de lumière de l’appartement.

Andreas Häner se tient au milieu du grand hall encore vide pendant les travaux. À l’arrière-plan, des artisans montent des étagères. Andreas Häner regarde fièrement l’énorme lustre au-dessus de lui.

Pendant les travaux, la grande salle est encore vide – mais Andreas Häner imagine déjà comment il va la remplir avec des objets de collection et de l’histoire.

Dans la grande salle se trouvent de nombreuses antiquités: deux colonnes en grès rouge d’une bibliothèque baroque démolie à Colmar, un escalier des années 1950, des portes doubles des années 1900 environ, une balustrade de balcon en bois d’une brocante de Berne.

Des antiquités ont été intégrées: les colonnes de grès rouge proviennent d’une bibliothèque baroque démolie à Colmar, l’escalier date des années 1950, les doubles portes des années 1900 environ, et Andreas Häner a trouvé la balustrade du balcon dans une brocante de Berne.

Dans le hall central, de grandes étagères métalliques de style industriel montent jusqu’au plafond, tandis que l’escalier flottant relie les deux niveaux.

De grandes étagères de style industriel sont prêtes à accueillir la collection d’art et ses nombreux trésors.

Au deuxième étage, une chambre à coucher, deux chambres pour les invités, une cuisine moderne, une salle de bains et un salon viennent compléter l’appartement de ses rêves. Häner accorde une attention particulière à la réutilisation durable des matériaux et des éléments de maisons démolies ou rénovées – et donc à l’appréciation à leur juste valeur des matériaux de construction anciens: un escalier des années 1950 est l’une des plus belles pièces de la grande salle. Quatre colonnes de grès rouge, qui proviennent d’une bibliothèque baroque démolie à Colmar, sont utilisées pour la statique. Une balustrade de balcon en bois richement décorée et une fenêtre Art Nouveau en fer forgé (toutes deux datant d’environ 1900) sont également intégrées au loft, ainsi que de nombreuses autres fenêtres, portes et colonnes provenant de bâtiments historiques. «Je donne une seconde vie à ces beautés et cela me procure un immense plaisir», précise-t-il avec fierté.

Une baignoire blanche et des miroirs du sol au plafond caractérisent la salle de bains.

La salle de bains est la pièce préférée d’Andreas Häner: pendant les travaux, il manque encore le lustre qui fait de cette pièce sa petite galerie des Glaces de Versailles.

La cuisine avec des surfaces lisses grises et blanches ainsi que des formes sobres, à l’arrière-plan, on peut voir des portes en verre.

Une rupture de style délibérée: la cuisine est ultra-moderne, avec des surfaces lisses, des formes et des couleurs sobres.

La transformation prendra trois ans et coûtera environ 2,2 millions de francs, en comptant l’achat du bien immobilier. «Grâce à une hypothèque avantageuse et à une relation de confiance avec ma banque, j’ai pu m’épanouir et concevoir mon loft urbain luxueusement rempli exactement comme je le voulais, sans faire de compromis», se réjouit Andreas Häner. «Même si la transformation m’a demandé beaucoup d’énergie, de temps et d’argent, et certaines réglementations en matière de protection contre les incendies et de construction m’ont poussé au désespoir: je vis mon rêve, le combat en a valu la peine – que peut-on espérer de mieux?»

La conception: réaliser ses rêves de musée

Depuis août 2020, les travaux sont enfin terminés. Et depuis, M. Häner peut laisser libre cours à sa créativité en offrant à ses collections d’art et de trésors anciens un nouvel abri permanent: «J’aime créer des espaces chargés d’histoire – des lieux imaginaires au passé foisonnant.» Les meubles anciens et les éléments de design, dit-il, sont comme des capsules temporelles pour lui: «Qu’il s’agisse d’un tapis bien tissé, d’une œuvre d’art réalisée avec minutie ou d’un meuble rembourré de grande qualité datant d’une époque lointaine – tout cela me touche et a le pouvoir de me catapulter à une autre époque, à tout moment.»

Un secrétaire en bois, des chaises et une chaise longue avec en velours bleu sont posés sur un tapis minutieusement tissé; des tableaux sont accrochés au mur.

Un tapis minutieusement tissé, un secrétaire en bois, des chaises et des chaises longues en velours bleu confèrent au loft un caractère de musée.

Une fenêtre Art Nouveau attire l’attention dans la grande salle. Andreas Häner a disposé tout autour des sièges dans des tons bleus. Partout où l’on pose les yeux, on trouve des trésors du passé, tels que des vases, des tableaux et des lampes.

La fenêtre Art Nouveau de la grande salle attire les regards. Partout où l’on pose les yeux, il y a des trésors d’une époque passée.

La devise d’Andreas Häner n’est pas «Qui peut le plus, peut le moins», mais plutôt «Trop, ce n’est pas encore assez». Sa passion pour la collection n’a rien à voir avec du bric-à-brac ou des objets dénichés au marché aux puces: «Je n’achète que ce qui a la qualité et le potentiel pour se retrouver exposé dans un musée international.» Et l’appartement en duplex a sans conteste un caractère de musée: partout où l’on pose les yeux, des applications à la feuille d’or brillent, des commodes anciennes en bois véritable et des chaises longues recouvertes de brocart et de velours étonnent le visiteur. Des papiers peints originaux en or scintillant ou vert menthe, ainsi que des étagères jusqu’au plafond généreusement garnies, viennent parfaire ce style maximaliste.

«J’adore mon nouveau chez-moi – mais la salle de bains est ma pièce préférée», confie Andreas Häner: Un magnifique lustre de Venise est suspendu au milieu de la pièce, tandis que deux miroirs muraux opposés qui descendent jusqu’au sol le reflètent à l’infini. «C’est ma propre petite galerie des Glaces de Versailles», dit-il en riant.

Permettre les contrastes et arriver

Pour que le faste et le kitsch dans le style versaillais ne soient pas trop envahissants, il a fait venir un architecte d’intérieur d’Italie: «J’ai tout spécialement choisi une personne qui pense de manière radicalement moderne et est donc tout le contraire de moi», souligne Andreas Häner. Selon lui, les discussions ont été dures, longues et parfois même animées. «Mais je suis très reconnaissant et heureux», admet-il en souriant.

Les étagères et les rampes métalliques sobres confèrent aux pièces une touche industrielle. Et certaines pièces, comme la cuisine, sont ultra-modernes avec des surfaces lisses et anguleuses ainsi que des formes et des couleurs claires. «Je trouve que ces ruptures de style forcées rendent mon appartement plus dynamique et plus palpitant», ajoute-t-il.

Néanmoins, il reste bien sûr très fan des objets historiques et originaux. Chez lui, même la sous-locataire sort de l’ordinaire: une «chère amie» de l’aristocratie de Prusse orientale, comme il l’appelle, occupe l’appartement indépendant de 90 mètres carrés, aménagé pendant les travaux de transformation.

Prochain article à lire

Sur notre site web, nous utilisons des cookies et des outils d’analyse pour améliorer continuellement la convivialité du site, afin de pouvoir vous offrir le meilleur service possible et d’adapter la publicité en fonction de vos intérêts individuels sur notre site et sur ceux de nos partenaires publicitaires. En naviguant sur notre site web, vous consentez à l’utilisation des cookies. Vous pouvez trouver des dispositions plus détaillées dans notre politique de confidentialité.