À gauche, Najat et Silvio sont assis sur une prairie en pente, à droite, on peut voir leur maison en bois au bas de la colline. Au fond se trouvent des arbres, à droite, des enclos et des prés.
© Natascha Vavrina

Construire et acheter

Réaliser le rêve d’une vie: Najat et Silvio vivent dans une maison en bois datant de 1840

Sira Huwiler-Flamm

Au plus profond de l’Oberland grison, Najat et Silvio ont créé leur petit paradis. Entre les prairies sauvages en fleurs et les sommets enneigés se dresse leur ferme historique construite en 1840. Vivant en autarcie, les deux quadragénaires suivent le rythme des saisons, élèvent des chevaux et proposent des moments de détente aux citadins rongés par le stress du quotidien.

La bataille pour la maison de leurs rêves

Le petit village de l’Oberland grison, où l’agriculteur et éleveur de chevaux Silvio a grandi, ne compte que 70 habitants. Voilà plus de dix ans, il a rencontré sa partenaire Najat, qui est coach en relaxation et «make-up artist» indépendante. «Très vite, je n’étais plus seulement amoureuse de Silvio, mais aussi du merveilleux paysage et de cette maison très spéciale», se souvient Najat.

À l’époque, ils vivaient ensemble dans la moitié d’une maison située dans le village. Au cours de leurs promenades, ils passaient souvent devant une maison en bois de trois étages, située à la périphérie du village, à côté d’une chapelle du XVIIe siècle et des ruines d’une tour de donjon du XIVe siècle. «Les volets étaient toujours fermés, cela me rendait triste», dit Najat. «Une si grande maison aurait dû être remplie de vie.» Et depuis de nombreuses années Silvio avait lui aussi des vues sur cette maison. «Des touristes l’avaient achetée sous mon nez», se souvient-il. «Cela m’avait vraiment désolé à l’époque.»

La maison en bois de Najat et Silvio vue du ciel. En face de la maison, on peut voir les paddocks, à droite se trouve une autre maison; à l’arrière-plan, il y a des arbres, des montagnes et d’autres maisons.

Une vie avec et dans la nature: la maison en bois de Najat et Silvio est entourée de prairies fleuries. Une tour historique et une chapelle du XVIIe siècle se trouvent à proximité immédiate.

Ils se mettent à rêver d’une vie dans cette maison. Ils imaginent les chevaux gambadant avec leurs poulains dans les vastes prairies, comment ils meubleraient les chambres de l’étage supérieur pour les participants aux cours de coaching et comment ils rempliraient de vie et d’amour cette bâtisse en bois apparemment à l’abandon. «À un moment donné, nous avons pris notre décision: nous allions nous battre pour la maison de nos rêves, en commençant par en trouver le propriétaire», explique Najat. Et, comme par hasard, le propriétaire voulait justement vendre sa maison de vacances. «Nous avons eu du mal à croire à notre chance», s’exclame le couple d’une seule voix. Il a fallu deux ans pour conclure l’achat et pour enfin emménager dans la maison de leurs rêves au cours de l’été 2016.

La rénovation: préserver l’histoire

«Emménager ici était une décision du cœur», dit Najat. Et c’est avec du cœur, beaucoup de sueur et de passion que tous deux se sont lancés dans la rénovation de leur maison. «La maison a été construite en 1840 – elle comporte de magnifiques éléments anciens», s’enthousiasme Silvio. Un toit très spécial qui se distingue dans le petit village par son angle abrupt et qui semble défier les vents violents de la région, un balcon en bois aux ornements ciselés, un colombage historique, des poutres et des portes massives.

«Nous voulions préserver tout cela au lieu de le moderniser», explique-t-il. Ce fils d’agriculteur, qui a lui-même grandi dans une maison en bois du village, est presque capable de tout faire lui-même. Avec Najat, ils ont poncé ou décapé les portes et les murs couverts de peinture. Et ils ont ainsi permis au bois de réapparaître. Ils ont aussi choisi de ne pas utiliser un système de chauffage moderne et de miser plutôt sur de vieux poêles en stéatite. «C’est une façon de chauffer qui a une longue tradition ici, dans les montagnes des Grisons», précise Silvio. «Pendant les mois d’hiver, les pierres dégagent suffisamment de chaleur pour rendre l’intérieur agréable et chaleureux.»

Cette chaleur naturelle et le fait que presque tout est fait de bois, qui craque et qui travaille, créent une belle atmosphère dans laquelle ils se sentent bien. «Ce qui est particulièrement remarquable, c’est que toute la maison a été construite avec des matériaux de la région», rappelle Silvio. «Le robuste bois d’épicéa provient des forêts des Grisons, la stéatite des montagnes.» Il est d’ailleurs difficile de trouver des éléments de rechange pour une telle maison historique. «Mais qu’il s’agisse de portes, de poutres, de charnières ou de planches, nous gardons tout. Et nous constituons un stock dans la grange au cas où nous en aurions besoin.»

Najat est allongée sur son canapé, sur lequel se trouvent une couverture orientale rouge et plusieurs coussins. Un de ses chats passe à côté d’elle. À l’arrière-plan, on peut voir un mur en bois avec une fenêtre.

Le chaleureux salon est le cœur de la maison: Najat aime s’y installer confortablement sur le sofa avec les chats.

Emménager et aménager

Le couple met également l’accent pour l’ameublement sur le caractère régional. «Nous aimons les vieilles armoires paysannes et les commodes en bois massif», dit Silvio. «Elles ont de beaux détails, s’intègrent parfaitement dans notre maison et dureront pendant de nombreuses générations si elles sont entretenues avec du papier de verre et de l’huile.» Un vieux cheval à bascule décore le corridor du deuxième étage. Assistant régulièrement à des festivals, le couple de mélomanes a également installé un juke-box, qui diffuse sa musique avec style. «Et bien sûr, nous avons également inclus quelques accessoires de décoration inspirés du Maroc», explique Najat, dont la mère est suisse et le père marocain. En marge des nombreuses plantes vertes, coussins, assiettes et lampes traditionnelles marocaines apportent des touches orientales.

Dans une pièce dont les murs, le plafond et le sol sont en bois, il y a un canapé à gauche et à droite, une télévision posée sur une commode en bois.

La pièce à vivre de Najat et Silvio est confortablement meublée. Un grand canapé offre suffisamment de place pour se détendre et se relaxer.

Une ancienne commode en bois et une chaise sont placées sur un tapis aux motifs orientaux.

Ils aiment tous deux les meubles anciens. Et le charme et le style des tapis orientaux.

Au premier plan, il y a un canapé, à l’arrière-plan, un four et une armoire; les murs, les sols, les plafonds, les portes et les meubles sont en bois.

Ici, tout est en harmonie: les murs, les sols, les portes et les meubles de cette maison construite en 1840 sont en bois massif.

Au milieu de la pièce, il y a une table en bois massif avec une chaise à droite et à gauche. Devant la table, on peut voir un banc, et en arrière-plan, deux fenêtres sont éclairées par le soleil.

Le cœur de la pièce: cette table en bois massif offre suffisamment de place pour accueillir Najat, Silvio et tous leurs hôtes.

Le couple a également pu développer tout son potentiel professionnel depuis leur emménagement dans la maison en bois. L’élevage de chevaux de Silvio rencontre un succès croissant. Quelque 25 pur-sang arabes, demi-sang arabes et robustes Franches-Montagnes suisses évoluent dans les prairies sauvages. «Et chaque année, nous avons jusqu’à cinq poulains.»

Najat a également élargi son offre de coaching. «Trois chambres d’hôtes ont été créées à l’étage supérieur, dans lesquelles nous accueillons non seulement des cadres et des citadins stressés, mais aussi tous ceux qui ont besoin d’une pause pour trouver le calme et la détente loin de leur vie quotidienne», précise-t-elle. «Avec l’aide de Silvio et des chevaux, j’aide les gens à se retrouver et s’épanouir. – la maison offre les conditions idéales pour cela.»

Entourés de leurs chevaux et de leurs poulains, Najat et Silvio se promènent sur une prairie fleurie offrant une vue imprenable sur toute la vallée.

Les chevaux ne servent pas seulement aux cours de coaching – ils font aussi beaucoup de bien à Najat et à Silvio.

Tous deux ont encore beaucoup de projets d’avenir ici dans les montagnes: «Notre nouvelle hypothèque nous permet d’économiser de l’argent chaque mois et nous offre quinze années de sécurité», dit Silvio. «C’est parfait pour construire progressivement une autre écurie, ajouter d’autres chambres d’hôtes et mettre en œuvre de nouveaux projets qui nous tiennent vraiment à cœur.»

Vivre dans et avec la nature

Ici, au milieu des montagnes, Najat et Silvio font de leur mieux pour vivre en autosuffisance. Ils ont trois vaches qui donnent du lait et des poules qui pondent régulièrement. En plus des chevaux, le couple élève également des moutons et des chèvres. «Chaque année, les arbres ancestraux de notre verger nous donnent des pommes, des poires et des prunes», dit Silvio. «Dans un petit champ, nous cultivons des pommes de terre et des légumes, – et je fais du fromage frais et de montagne avec notre lait.» Dans quinze ans, ils veulent vivre tous les deux en complète autarcie: «Nous prévoyons à long terme d’acheter des panneaux photovoltaïques», déclare Silvio. «Ce serait un pas de plus vers une liberté et une indépendance totales.»

Najat et Silvio marchent le long d’une route, Najat a un râteau sur l’épaule, Silvio une faux. Leur chien court à côté d’eux. En arrière-plan, on peut voir des montagnes et des prairies.

Le retour à la maison après le travail peut être si exaltant: qui ne rêve pas de rentrer en empruntant un chemin aussi merveilleux que celui-ci, au cœur de l’Oberland grison.

Leur vie suit les saisons et les conditions météorologiques. Le couple passe les soirées d’orage dans le confort de son salon – avec ses deux chiens et ses trois chats. Et comme Najat adore cuisiner, aucun d’entre eux ne regrette l’offre culinaire que les restaurants d’une grande ville pourraient leur proposer. «Des ingrédients régionaux et frais dont on connaît exactement la provenance, préparés avec amour par ma femme, on ne peut pas manger mieux que ça», s’enthousiasme Silvio.

Najat a grandi en Thurgovie: «Le romanche m’a posé des problèmes au début», dit-elle en souriant. «Mais maintenant, je le comprends beaucoup mieux – je suis vraiment une habitante de l’Oberland grison, c’est désormais ma patrie.» Vivre dans et avec la nature, entourée d’animaux, de montagnes et de vastes prairies, Najat se l’était imaginé enfant. «Avec Silvio, je vis ici mon rêve», dit-elle. «Je ne peux pas m’imaginer une vie meilleure.»

Prochain article à lire

Sur notre site web, nous utilisons des cookies et des outils d’analyse pour améliorer continuellement la convivialité du site, afin de pouvoir vous offrir le meilleur service possible et d’adapter la publicité en fonction de vos intérêts individuels sur notre site et sur ceux de nos partenaires publicitaires. En naviguant sur notre site web, vous consentez à l’utilisation des cookies. Vous pouvez trouver des dispositions plus détaillées dans notre politique de confidentialité.