Gabriela et Reto se tiennent debout, souriants et bras dessus bras dessous, devant leur maison à la périphérie de Winterthour.
© Natascha Vavrina

Construire et acheter

Gabriela et Reto ont créé un nid familial coloré à proximité immédiate de la ville

Sira Huwiler-Flamm

Au milieu de la verdure et pourtant toujours dans l’agglomération de Winterthour, Gabriela et Reto ainsi que leurs trois enfants ont réalisé leur rêve de maison familiale – avec des idées DIY colorées, un concept d’énergie durable et beaucoup d’espace pour jouer, faire de la musique et de nombreuses découvertes.

De la ville à la campagne

L’art-thérapeute et enseignante Gabriela (46 ans) et le masseur et enseignant Reto (57 ans) sont en couple depuis près de 20 ans. Ils aiment tout ce qui est coloré et insolite: «Notre premier appartement ensemble était un poulailler converti en loft aménagé dans le style d’un atelier à la campagne», dit Reto, «en même temps nous avions un appartement en ville à Zurich avec une grande terrasse végétalisée sur le toit». Cependant, à cette époque déjà, ils rêvaient tous les deux d’une petite maison à la campagne: «Une maison avec un grand jardin, c’est ce que nous avons toujours imaginé», admet l’homme de 57 ans.

Toutefois, en tant que jeunes parents d’Alea (aujourd’hui 15 ans) et de Silvan (aujourd’hui 13 ans), ils sont restés pendant de nombreuses années dans le centre historique du village d’Oberwinterthur pour des raisons pratiques. «Nous vivions dans une belle maison à colombages de 250 ans», se souvient Gabriela, «nous aimions ses murs historiques, c’était une maison de rêve, mais sans terrain autour!»

Lorsqu’ils deviennent parents du petit Luano (aujourd’hui âgé de 11 ans) en 2009, ils savent tous les deux: «Nous avons besoin de plus d’espace et nous voulons enfin un nid familial à la campagne – pour jouer, gambader et profiter de la nature». Ils parcourent les petites annonces, trouvent un vieux bâtiment avec un grand jardin, entouré de bois et de prairies et pourtant toujours dans l’agglomération de Winterthour. «C’était parfait, c’est pourquoi nous avons immédiatement saisi l’occasion», dit Gabriela.

Une grande maison, à côté de laquelle se trouve une remise. Autour de la maison, il y a des champs, des prairies et des arbres.

La maison de la famille Rüegger est située à la périphérie de la ville et pourtant, pratiquement en pleine nature.

La transformation: une maison lumineuse et familiale

C’est en novembre 2011 que la maison, vieille d’environ 100 ans, est devenue la leur. «Nous avons même obtenu une hypothèque, qui nous coûte moins cher chaque mois et nous offre une sécurité sur une plus longue période», dit Reto, «en tant que famille avec trois enfants en formation, un financement stable sur 15 ans est vraiment intéressant pour nous».

Avant que la famille n’emménage, Gabriela et Reto passent trois mois à rénover la maison et prêtent eux-mêmes main forte: ils conservent les éléments de construction anciens d’origine, tels que les châssis de fenêtres en bois, les portes et un escalier en bois massif, et les peignent avec amour. «En revanche, les pièces du rez-de-chaussée étaient exigües et sombres», se souvient Reto, «nous avons alors décidé d’abattre trois murs et les avons stabilisés avec des poutres en double T, et nous avons aussi fait une percée directement dans le jardin». Après le bruit des marteaux de démolition, la sueur et beaucoup de poussière, est née une pièce ouverte de 40 mètres carrés inondée de lumière avec un salon / cuisine, qui offre assez de place pour une table à manger, un canapé rétro de l’époque de la RDA, un coin familial douillet et la grande collection d’instruments de musique de la famille. «Ici, Gabriela peut jouer du piano à queue, Alea peut s’entraîner au violon, Silvan peut jouer du violoncelle et notre plus jeune, Luano, peut jouer quelques accords à la guitare électrique», explique Reto en riant, «il y a toujours quelque chose qui se passe ici».

Un salon lumineux, à gauche un grand coin canapé, à droite le piano à queue de Gabriela; à l’arrière-plan, de grandes fenêtres.

Le salon est lumineux et offre suffisamment d’espace pour un grand coin canapé et le piano à queue de Gabriela.

Une cuisine ouverte, au milieu se trouve une table à manger, à gauche l’espace cuisine, à droite, un canapé occupe l’arrière-plan. Sur le côté droit, on aperçoit une porte de terrasse.

La cuisine et la salle à manger sont ouvertes – dans le coin se trouve un canapé rétro datant de l’époque de la RDA.

Une chambre mansardée: un lit est adossé au mur, un bureau se trouve à droite de celui-ci; au-dessus, il y a une fenêtre de toit.

À l’étage supérieur, tout est désormais très lumineux. La chambre d’Alea est baignée de lumière grâce à de nouvelles fenêtres.

Dans la chambre des parents, Gabriela et Reto sont allongés dans le lit; au premier plan, leurs trois enfants sont assis dans un hamac.

Dans la chambre des parents, il y a de la place pour les cinq membres de la famille. Les parents sont allongés dans leur lit tandis que les enfants s’installent confortablement dans un hamac.

La vie sur le chantier: une chambre en duplex pour toute la famille

En février 2012, la famille emménage dans une maison qui n’est pas encore terminée: «La vie sur le chantier était donc à l’ordre du jour», se souvient Reto en riant, «mais avoir terminé signifie l’immobilité, et cela n’a jamais été notre but. Nous voulions concevoir la maison étape par étape, en fonction de nos besoins». Et c’est ce qu’ils font: l’étage supérieur et un grenier non isolé sont transformés en quatre chambres à deux étages pour les trois enfants et les parents. «Maintenant, chacun a sa propre petite chambre en duplex», dit fièrement Reto.

Le grenier est isolé et toutes les chambres sont dotées de fenêtres à triple vitrage. «Tout est rénové de manière efficace en énergie et est dorénavant très lumineux», dit Reto, «avant, ici, il y avait une fenêtre à l’est et une à l’ouest. Maintenant, chacun a son propre havre de paix confortable avec une jolie vue sur la nature environnante ».

Planifier l’avenir: chauffage et rénovation durables

L’idée de durabilité a joué un rôle important dès la rénovation du rez-de-chaussée: «Nous avons sauvé un vieux parquet en noyer d’une maison en démolition, nous l’avons poncé nous-mêmes et l’avons posé dans le grand salon», dit Reto, «faire revivre de telles raretés est un vrai plaisir pour nous!» Pour le bien de l’environnement, mais aussi pour économiser de l’argent à long terme, la famille investit dans une solution énergétique durable lors de la transformation: «Nous avons démoli l’ancien système de chauffage au mazout au sous-sol et l’avons remplacé par douze panneaux photovoltaïques, deux collecteurs d’eau chaude sur le toit et une pompe à chaleur», explique Reto, «l’installation nous fournit de l’eau chaude sanitaire et de l’électricité. C’est seulement pendant les froides journées d’hiver que nous nous fournissons en électricité supplémentaire pour produire notre eau chaude».

En tant que parents, il est très important pour eux de montrer l’exemple à leurs enfants en matière d’écologie. «Nous devons utiliser les ressources que la nature nous donne», dit Reto, «c’est pourquoi nous avons aussi un jardin autosuffisant avec plus de 35 variétés de fruits et légumes et des herbes aromatiques». Les enfants s’occupent aussi de l’entretien, de l’arrosage et de la récolte des framboises, des haricots, des poires et de la salade. «Ils adorent voir comment les cultures qu’ils ont semées poussent et sont prêtes à la récolte à un moment donné», se réjouit Reto. Et les bourdons, abeilles, oiseaux sauvages et hérissons profitent également de la splendide variété des fleurs et des fruits.

Les trois enfants traversent la grande prairie en courant en direction de la maison.

De l’espace pour gambader et jouer: les trois enfants adorent le jardin et la grande prairie autour de la nouvelle maison.

Le jardin familial coloré

«En été, notre jardin est notre deuxième salon – pour vivre, gambader et faire la fête», dit Reto. Les enfants peuvent jouer au football, au volley-ball et au badminton sur la grande pelouse, escalader une tour de jeu avec une cabane dans les arbres à deux étages ou survoler le jardin sur une tyrolienne. Quant aux parents, ils peuvent se détendre après le travail dans un jacuzzi chauffé. Et tout le monde aime faire des barbecues le soir dans leur foyer ouvert.

Dans l’espace extérieur, la famille a également mis en œuvre quelques projets de surcyclage: «Avec plus de 120 palettes jetables et 4 000 vis, nous avons construit une terrasse tous ensemble», dit Reto, «d’un bleu marine éclatant, elle est l’accroche-regard de notre jardin». Et peu à peu, les projets s’enchaînent: «Pour son anniversaire, Alea a construit un bar en bois coloré, qui orne maintenant notre jardin», dit Reto. Dans un petit atelier, chaque membre de la famille, petit ou grand, peut travailler, bricoler et réaliser ses propres projets de bricolage.

Les garçons jouent dans le jardin: Silvan pousse son petit frère Luano sur la balançoire; à l’arrière-plan, on peut voir une tour de jeu.

Tour de jeux, toboggan, balançoire et cabane dans les arbres – le jardin est un véritable paradis pour les enfants. Silvan pousse son petit frère Luano sur la balançoire.

Vivre ensemble, créer et réaliser son rêve

«Grâce aux bonnes conditions de notre hypothèque, nous pouvons progressivement continuer à construire notre nid familial et enfin transformer la remise en un atelier chauffé sur deux étages», dit Reto. L’art-thérapeute Gabriela a en effet besoin de son propre univers créatif. «Je peins de grands tableaux, je crée des sculptures, je danse et je fais de la musique», dit Gabriela, «la créativité est quelque chose de très méditatif pour moi. J’ai hâte que ces 30 mètres carrés soient isolés, transformés et inondés de lumière!» Le reste de la famille utilisera aussi souvent l’atelier comme espace de détente et pour des activités artistiques.

Le masseur Reto peut également combiner travail et vie à la maison: «J’ai transformé une grande tente en cabinet de massage en la rendant opaque et chauffable en hiver», dit-il, «lors de leur première visite, certains clients sont surpris, mais ils apprécient le bruit des oiseaux et du vent dans l’igloo de jardin et disent que cela ressemble à un massage au bord de la mer».

Ce que la famille apprécie le plus dans le fait d’avoir un logement à soi: «Une maison n’est jamais terminée, elle peut être modifiée – en fonction des besoins de la situation de vie actuelle !» Ils verront ce que l’avenir leur réserve. «Chaque fois que cela sera possible, nous planifierons de manière durable, par exemple avec plus de panneaux solaires et d’énergie géothermique», dit Reto, «et avec trois adolescents, cela restera sans aucun doute coloré, vivant et dynamique – c’est une bonne chose et nous continuerons à vivre ici dans la joie et l’entrain.» Des animaux nécessitant peu de soins, comme les chèvres naines, pourraient peut-être un jour apporter encore plus de vie dans le jardin coloré de la famille.

Prochain article à lire

Sur notre site web, nous utilisons des cookies et des outils d’analyse pour améliorer continuellement la convivialité du site, afin de pouvoir vous offrir le meilleur service possible et d’adapter la publicité en fonction de vos intérêts individuels sur notre site et sur ceux de nos partenaires publicitaires. En naviguant sur notre site web, vous consentez à l’utilisation des cookies. Vous pouvez trouver des dispositions plus détaillées dans notre politique de confidentialité.