De la fumée s’élève d’une cheminée derrière laquelle on peut voir des maisons modernes avec des éléments en bois traditionnels, le tout sous un ciel nocturne.
© Getty Images / Alexander Sorokopud

Construire et acheter

Chauffage au bois: types, modes de fonctionnement et coûts

Thomas Bott

Depuis la découverte du feu, le bois sert de source de chaleur. Du simple feu de camp au chauffage à granulés moderne, en passant par le poêle à bois, ce combustible a déjà su faire ses preuves. En effet, le bois présente de nombreux avantages et cela rend les systèmes de chauffage qui l’utilisent très intéressants. Néanmoins, certains aspects importants sont à prendre en compte. Tous les bois ne se valent pas. Découvrez, ici, les différences, le fonctionnement d’un chauffage au bois et les coûts à prévoir pour son acquisition ainsi que son fonctionnement.

Chauffage au bois: types et modes de fonctionnement couramment utilisés

Le terme «chauffage au bois» n’est en fait qu’un terme générique. Il existe, en effet, différentes manières de se chauffer avec ce combustible. Les systèmes de chauffage à bûches, à copeaux et à granulés sont très prisés. Voici une présentation détaillée des différents types de chauffage:

Chauffage à bûches

Comme pour une cheminée, des bûches de bois entières sont utilisées dans ce système de chauffage. Dans la cheminée, le bois allumé brûle lentement de haut en bas. Dans une chaudière bois à gazéification moderne, c’est exactement l’inverse qui se produit. Ce phénomène s’explique par les deux phases de combustion du chauffage à bûches. Dans une première chambre de combustion, des gaz s’échappent du bois lors de la combustion contrôlée (1re phase). Ces gaz entrent dans la seconde chambre de combustion où ils brûlent avec de l’oxygène (2e phase).

Dans la première phase, le bois brûle et libère, en laissant échapper les gaz, 70% de l’énergie qu’il contient. Le gaz s’écoule dans une seconde chambre, où une nouvelle combustion se produit avec de l’oxygène. Ici, le bois libère les 30% restants de son énergie. Cela rend ce chauffage extrêmement efficace. À la fin du processus, il ne reste que 0,3% environ de la masse initiale des bûches sous forme de cendres. Dans le cas du chauffage à bûches, vous devez mettre les bûches une fois par jour à la main dans la chaudière bois à gazéification. Ce processus s’appelle le «chargement». La chaleur est transférée à l’eau de chauffage qui circule dans le circuit de chauffage.

À gauche, on peut voir une chaudière bois à gazéification, au milieu de la photo se trouve un ballon tampon et, sur le côté droit, un stock de bûches.

Dans le cas du chauffage à bûches, ces dernières doivent être ajoutées à la main. Cela vaut donc la peine de les stocker près de la chaudière à gazéification.

Chauffage à copeaux

Ce type de chauffage au bois utilise des morceaux de bois concassés, appelés «copeaux». Ces derniers sont brûlés dans une grande chaudière et la chaleur est transférée au circuit d’eau du système de chauffage. Les chauffages à copeaux modernes peuvent également être alimentés par des granulés. Le chargement est la principale différence avec le chauffage à bûches. Celui-ci ne se fait pas à la main, mais de manière entièrement automatique depuis le réservoir de stockage par le biais d’un tapis roulant. Vous n’avez pas non plus besoin de balayer vous-même les cendres de la chaudière. Le système les verse dans un bac collecteur. Vous devez toutefois penser à le vider régulièrement.

Chauffage à granulés

De manière générale, le chauffage à granulés fonctionne comme le chauffage à copeaux. Ici aussi, le système achemine le combustible vers une chaudière, le brûle et utilise la chaleur générée pour chauffer l’eau. Cette dernière circule dans le circuit de chauffage. Le type de combustible est toutefois différent.

Au lieu de copeaux de bois de différentes formes et tailles, on utilise des granulés. Il s’agit d’un produit uniformément pressé, fait de bois et de copeaux, qui peut être facilement stocké. L’alimentation de la chaudière peut se faire de manière entièrement automatique à partir d’un réservoir de stockage par un tapis roulant ou par aspiration. Les granulés peuvent également être placés, à la main (ou à la pelle), dans un bac collecteur. Les granulés de bois se consument presque entièrement, très peu de cendres sont produites. Ici aussi, elles atterrissent dans un bac collecteur.

Un homme verse des granulés de bois provenant d’un sac dans le réservoir de réception d’un chauffage à granulés.

Les granulés sont formés à base de bois pressé et sont généralement constitués de copeaux. Ils ne laissent pratiquement aucun résidu lors de la combustion.

Installation: points importants à prendre en compte

Un chauffage au bois moderne nécessite beaucoup de place. Les systèmes à capacité plus élevée sont particulièrement encombrants. En outre, le stockage du combustible nécessite un espace plus important. Un chauffage au bois peut ainsi occuper une bonne partie de la cave dans certains cas. Avant l’installation, assurez-vous donc qu’il y a suffisamment de place. Ces aspects doivent également être pris en compte:

  • si vous prévoyez de stocker du bois, vous devez avant tout vous assurer que la pièce est sèche. Le bois humide rend les systèmes moins efficaces.
  • le processus de combustion produit des gaz de combustion. Ceux-ci doivent s’échapper quelque part et l’installation d’une cheminée est pour ce faire absolument nécessaire.
  • un ballon tampon est indispensable pour empêcher la perte de chaleur excédentaire. Cela permet de conserver l’eau chauffée pour une utilisation ultérieure.

Bilan écologique: moins de CO₂ par rapport aux combustibles fossiles

Le bois compte parmi les matières premières renouvelables. Il n’est donc pas limité, ce qui le rend déjà plus durable que le pétrole ou le gaz naturel, par exemple. En Suisse, les stocks sont importants et reconstitués en continu. L’approvisionnement en combustible est ainsi garanti – même si la part des chauffages au bois dans le pays augmente. Pendant leur période de croissance, les arbres absorbent d’ores et déjà du CO₂. Cela permet de compenser quasiment les émissions produites lors de la combustion. Le chauffage au bois présente déjà un avantage arithmétique par rapport à de nombreux autres types de chauffage en termes de durabilité.

Bien entendu, les systèmes consomment également de l’électricité, dont la production génère à son tour du CO₂. Cependant, c’est également le cas d’autres systèmes de chauffage. Le couplage du chauffage à la production d’énergie via un système photovoltaïque peut s’avérer être une bonne manière de résoudre ce problème.

Au-delà du CO₂, ce sont davantage les particules fines qui posent problème avec les chauffages au bois. Il en existe beaucoup plus que dans le cas des autres combustibles. Cet argument pèse particulièrement dans le cas des bûches. Pour les granulés et les copeaux, les valeurs sont moins élevées. Leur combustion est plus propre dans l’ensemble. Un effet positif du chauffage au bois est que les distances de livraison de la matière première sont généralement courtes. Cette dernière provient essentiellement de la sylviculture locale. Le transport génère donc moins d’émissions que le mazout, par exemple.

Vue sur une forêt sur le versant d’une haute montagne.

Le bois suisse est très bien adapté au chauffage au bois en raison de son stock important et de son niveau de qualité élevé.

Coûts: acquisition onéreuse, fonctionnement bon marché

Un chauffage au bois est loin d’être bon marché. Même pour un chauffage à bûches, il faut prévoir des coûts d’acquisition d’environ 50 000 francs incluant la planification, l’installation et l’aménagement d’un local de stockage. Un chauffage à copeaux coûte environ 10 000 francs de plus en raison de la chaudière plus onéreuse. Le chauffage à granulés est généralement l’option la moins chère. Il faut prévoir, ici, un budget de l’ordre de 45 000 francs.

L’approvisionnement en bois présente, en revanche, des avantages non négligeables. Contrairement aux combustibles fossiles, il n’est pas soumis à de fortes fluctuations de prix. En général, le bois de chauffage n’est pas cher. Les copeaux de bois sont toutefois les plus abordables. Cela est dû, entre autres, aux coûts de production inférieurs. Les coûts de maintenance sont un peu plus élevés pour les chauffages entièrement automatisés en raison de la complexité des systèmes.

Subventions: une aide pour le chauffage au bois est possible

Il existe actuellement un programme de subvention des chauffages au bois valable pour toute la Suisse. Pour être éligible, il faut renoncer à un combustible fossile. Le nouveau chauffage ne doit toutefois pas avoir été commandé au moment de la demande. La consommation d’énergie au cours de la première année joue un rôle décisif dans le calcul de la subvention. Pour chaque kilowattheure de puissance de chauffage prévu, l’acquisition est subventionnée à hauteur de 360 francs. Pour de plus amples informations, merci de vous adresser à Energie Zukunft Schweiz.

Chauffage au bois: aperçu des avantages et des inconvénients

  • Avantages
  • Inconvénients
  • La matière première renouvelable rend le chauffage au bois durable.
  • Besoin d’espace important pour le chauffage et le stockage du combustible.
  • Bilan de CO₂ satisfaisant, surtout par rapport aux autres systèmes de chauffage.
  • Les chauffages au bois sont généralement très chers à l’achat.
  • Faibles fluctuations de prix lors de l’approvisionnement en combustible.
  • Émission plus importante de particules fines par rapport aux autres types de chauffage.
  • Prix d’achat avantageux pour les différents types de bois.
  • Besoins de maintenance supérieurs pour les systèmes entièrement automatiques.
  • Les bûches, les copeaux et les granulés sont surtout produits à partir de stocks d’arbres suisses.
  • Remplissage manuel pour un chauffage à bûches.
  • Des subventions élevées qui ne sont pas soumises à des différences cantonales.
  • Cette solution peut être combinée avec un système photovoltaïque pour la production d’électricité.

Conclusion: les chauffages au bois présentent un fort potentiel

Le bois comme combustible n’a rien de révolutionnaire. Beaucoup de gens connaissent et apprécient la chaleur rayonnante d’une cheminée. Cependant, les chauffages au bois modernes n’ont plus grand chose en commun avec cela. Ils offrent une grande efficacité avec de faibles émissions de CO₂. La matière première, le bois, est en outre bon marché à l’achat et durable en termes de production. Cela rend ce type de système de chauffage très attrayant. Grâce à un programme de soutien national, les coûts d’acquisition constituent également un frein moins important que dans le passé.

Prochain article à lire

Sur notre site web, nous utilisons des cookies et des outils d’analyse pour améliorer continuellement la convivialité du site, afin de pouvoir vous offrir le meilleur service possible et d’adapter la publicité en fonction de vos intérêts individuels sur notre site et sur ceux de nos partenaires publicitaires. En naviguant sur notre site web, vous consentez à l’utilisation des cookies. Vous pouvez trouver des dispositions plus détaillées dans notre politique de confidentialité.