Aperçu d’un salon design. Aménagement sobre constitué d’un fauteuil, d’un tapis, d’un tableau et d’un sideboard.
© Wogg / Jean Jacques Ruchti

Aménager

10 designers de meubles et leurs plus grands classiques

Susanne Loacker

De nombreux objets de design sont encore plus célèbres que leurs concepteurs. Nous présentons des classiques et leurs créateurs. Bon à savoir: presque tous ces meubles aussi beaux que pratiques peuvent encore être achetés aujourd’hui.

1. Le Corbusier: chaise longue LC4

Presque personne ne connaît Charles-Edouard Jeanneret-Gris. Le Corbusier presque tout le monde. Il est né sous ce premier nom, en 1887, à La Chaux-de-Fonds, et mort sous le second, en 1965, à Roquebrune-Cap-Martin, en France. Entre les deux, il a mené une vie d’architecte, d’urbaniste, de peintre, de sculpteur – et de concepteur de meubles. Il a pris son pseudonyme à l’âge de 33 ans, en référence au nom de son arrière-grand-mère. Dix-sept de ses bâtiments sont désormais inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO. Sa chaise longue est au moins aussi connue que ces constructions. Familièrement appelée «La Machine à repos» du Corbusier, sa conception remonte à 1928. Elle est devenue célèbre lorsque le fabricant de meubles milanais Cassina a lancé sa production en 1965. Cette chaise longue avec une structure en acier réglable est considérée comme une combinaison parfaite de simplicité géométrique et de fonctionnalité ergonomique. Il en existe donc de nombreuses copies sur le marché. Un original coûte entre 600 et 4 500 francs suisses en fonction du modèle (cuir, fourrure).

Recommandation de notre équipe rédactionnelle

Pour compléter l’article, la rédaction a sélectionné un contenu approprié sur Instagram. Vous pouvez l’afficher et le masquer en un seul clic.

J’accepte que des contenus externes soient téléchargés. En ce faisant, les données personnelles peuvent être transmises à des tiers. Nous n’avons aucune influence sur l’étendue du traitement des données par des tiers. (Plus d’informations dans la politique de confidentialité)

2. Eileen Gray: Adjustable Table E 1027

Au départ, la designer irlandaise Eileen Gray (1878-1976) ne voulait pas faire produire sa table d’appoint réglable: elle l’a conçue pour elle-même – pour prendre le petit déjeuner au lit. Aujourd’hui, cependant, la E 1027 (ou une de ses copies) se trouve plus souvent dans le salon que dans la chambre à coucher, et sa fonction de réglage est rarement utilisée. C’est un peu dommage, parce que cette petite table flexible peut être glissée sur presque tous les types de lit. Fidèle au caractère de la designer, la petite table connue sous le nom de table Eileen Gray est relativement sobre: Eileen Gray a vécu retirée et n’a vendu que de petites quantités de ses meubles de son vivant, bien que la presse spécialisée l’ait régulièrement couverte d’éloges. Ce n’est qu’à la fin du siècle dernier qu’elle a connu une renommée mondiale, notamment parce que le Museum of Modern Art de New York a ajouté sa table d’appoint avec plateau en verre à sa collection en 1987. Un modèle original, reconnaissable à un adhésif transparent sur le plateau en verre et à un estampage avec la signature de la designer dans le cadre, coûte près de 600 francs.

La table d'appoint E 1027 dans une pièce moderne et minimaliste avec une armoire élégante à droite et le canapé-lit au centre- toutes deux également conçus par Eileen Gray.

La E 1027 d’Eileen Gray est simple et pratique. Aujourd’hui, elle est considérée comme l’un des grands classiques du design.

3. Robert Adam: canapé en cuir Chesterfield

Une position assise droite et un maximum de confort: voilà ce qu’a souhaité le quatrième comte de Chesterfield. Vers 1770, il aurait chargé le fabricant de meubles écossais Robert Adam de lui construire un canapé qui répondrait à ces deux exigences. Considéré comme le père du classicisme britannique, Adam avait longtemps étudié des monuments antiques en Italie, et il a combiné les traditions antiques et anglaises dans ses ébauches. Bien qu’il existe toute une gamme de sièges Chesterfield avec le typique motif des losanges en cuir, le canapé est le plus célèbre héritage laissé par Robert Adam. Il faut toutefois savoir que le terme «Chesterfield» a été utilisé en Angleterre, au début du XXe siècle, pour décrire tout type de canapé et qu’il n’est toujours pas protégé en tant que nom ou procédé de fabrication. C’est pourquoi les prix des canapés Chesterfield sont très variables.

Recommandation de notre équipe rédactionnelle

Pour compléter l’article, la rédaction a sélectionné un contenu approprié sur Instagram. Vous pouvez l’afficher et le masquer en un seul clic.

J’accepte que des contenus externes soient téléchargés. En ce faisant, les données personnelles peuvent être transmises à des tiers. Nous n’avons aucune influence sur l’étendue du traitement des données par des tiers. (Plus d’informations dans la politique de confidentialité)

4. Hans Coray: chaise Landi

En 1939, l’exposition nationale suisse, populairement appelée «Landi», a eu lieu sur les rives du lac de Zurich. Alors âgé de 36 ans, le romaniste et architecte Hans Coray, originaire de l’Oberland zurichois, avait jusqu’alors surtout travaillé comme peintre. Il a néanmoins participé au concours lancé pour concevoir une chaise légère, empilable, résistante aux intempéries et, si possible, belle pour le «Landi». La chaise en aluminium, légère et minimaliste, a fait pratiquement du jour au lendemain de Coray un pionnier du design industriel. Le Vitra Design Museum de Weil am Rhein a réédité la chaise quelque 75 ans plus tard. En 2004, la Poste Suisse a rendu hommage à la chaise Landi avec un timbre de 1 franc. Le meuble lui-même coûte un peu plus, à savoir environ 600 francs. Pour près de la moitié, il est disponible comme objet de design à l’échelle 1:6.

Une chaise Landi sous la pluie. Grâce à sa structure métallique, elle n’est pas affectée par les influences extérieures.

La chaise Landi est encore considérée aujourd’hui comme un pionnier du design industriel et a inspiré de nombreux autres designers à créer des pièces de style similaire.

5. Michael Thonet: chaise en bois courbé

Dans les années 1830, Michael Thonet a expérimenté avec ce qui était alors une nouvelle technique, le pliage du bois massif. En 1842, le prince de Metternich a invité ce maître menuisier à Vienne, où il a créé la chaise dite «bistrot», qui a permis le succès économique de son entreprise et est aujourd’hui encore une icône du design. Elle est considérée comme le point de départ de l’histoire du meuble moderne, car la méthode de pliage de Thonet a permis, pour la première fois, la production en série. La chaise sans accoudoirs est encore fabriquée aujourd’hui par l’entreprise familiale à Frankenberg, dans le nord de la Hesse, et coûte entre 600 et 800 francs, selon le modèle.

Une chaise bistrot classique dans une pièce à l’aménagement moderne.

Le bois courbé comme nouvel élément de design remonte au XVIIe siècle. La chaise bistrot créée à cette époque n’a rien perdu de son charme à ce jour.

6. Ettore Sottsass: Tahiti

Plutôt colorée, cette lampe. La tête de canard stylisée de la lampe Tahiti, conçue en 1981, est l’une des figures de proue du groupe de design milanais «Memphis». Le groupe a défié le fonctionnalisme de l’industrie du meuble et s’est toujours orienté sur le désir, la couleur et la fantaisie. C’est pourquoi les objets «Memphis» sont facilement reconnaissables. Né à Innsbruck en 1917, Sottsass est l’un des co-fondateurs du groupe. Et même s’il n’était pas un fan du fonctionnalisme, la lampe Tahiti reste très pratique. La tête du canard peut être tournée pour ajuster la lumière selon les besoins. Plus tard, Ettore Sottsass a travaillé avec Olivetti et a conçu le premier ordinateur italien, «Olivetti Elea». Aujourd’hui encore, la machine à écrire Olivetti Valentine rouge est plus connue que l’ordinateur. Elle est disponible en ligne comme modèle vintage (prix en fonction de l’état). Vous trouverez la lampe Tahiti d’occasion à partir d’environ 1 600 francs.

Recommandation de notre équipe rédactionnelle

Pour compléter l’article, la rédaction a sélectionné un contenu approprié sur Instagram. Vous pouvez l’afficher et le masquer en un seul clic.

J’accepte que des contenus externes soient téléchargés. En ce faisant, les données personnelles peuvent être transmises à des tiers. Nous n’avons aucune influence sur l’étendue du traitement des données par des tiers. (Plus d’informations dans la politique de confidentialité)

7. Trix et Robert Haussmann: Wogg 12 Sideboard Stripe

Trix et Robert Haussmann sont probablement le couple de designers suisses le plus connu au monde. Nés respectivement en 1933 et 1931, ils ont tous deux étudié à Zurich. Lui à l’école des arts appliqués, elle à l’EPFZ. Après leur rencontre à l’Exposition nationale suisse de 1964, ils ont formé un couple, puis une équipe. Leur premier travail commun fut la Fun Chair. Tous deux aimaient jouer avec les illusions d’optique et avaient la réputation d’être un peu excentriques. Ils ont ensuite conçu des produits pour de grandes entreprises comme Teo Jakob, De Sede ou Wogg. Comme ils ont toujours refusé de se plier aux tendances, ils n’ont jamais vraiment plu au grand public. Le couple a cependant connu un grand succès auprès de l’avant-garde artistique. En 2013, le Grand Prix suisse de design de l’Office fédéral de la culture a récompensé le travail commun de Trix et Robert Haussmann. Le Sideboard Wogg 12 Stripe est disponible pour près de 10 600 francs.

Le Wogg 12 Sideboard Stripe au look classique noir et blanc sur fond jaune.

Le Wogg 12 Sideboard Stripe montre parfaitement que des motifs originaux peuvent transformer des meubles minimalistes en véritables joyaux du design.

8. Alfredo Häberli: système d’étagères SEC

Alfredo Häberli est né à Buenos Aires en 1964 et a déménagé avec ses parents en Suisse en 1977. À l’âge de 35 ans, il a ouvert son propre studio dans le quartier du Seefeld à Zurich et travaillé pour BMW, Georg Jensen, Vitra ou Zanotta. Le système d’étagères SEC pour Alias est issu d’une précédente collaboration avec Christophe Marchand: entièrement dépourvu de fioritures, il est construit sur une structure modulaire de profils en aluminium et peut être étendu à l’infini avec des composants en acier, en acrylique et en verre, tous disponibles en différentes hauteurs, largeurs et profondeurs. Les prix varient en conséquence.

Le système d’étagères SEC au design simple et ouvert, avec une lampe sobre et une chaise longue.

Le système d’étagères SEC d’Alfredo Häberli est conçu de manière ouverte et très modulaire. Il répond donc toujours aux besoins exacts de l’utilisateur.

9. Franco Legler: Basket Chair

Le designer italo-suisse Franco Legler avait 29 ans lorsqu’il a conçu la Basket Chair – pour un restaurant italien appelé The Basket dans sa ville natale bergamasque de Locate en 1951. Cette chaise en rotin, empilable, légère mais stable, est très confortable. Legler a chargé des vanniers et des serruriers locaux de produire les 52 premières chaises. La chaise a rapidement acquis une renommée internationale et, en 1953, le Museum of Modern Art lui a décerné le Good Design Award. Vous pouvez commander la Basket Chair pour près de 440 francs.

Recommandation de notre équipe rédactionnelle

Pour compléter l’article, la rédaction a sélectionné un contenu approprié sur Pinterest. Vous pouvez l’afficher et le masquer en un seul clic.

J’accepte que des contenus externes soient téléchargés. En ce faisant, les données personnelles peuvent être transmises à des tiers. Nous n’avons aucune influence sur l’étendue du traitement des données par des tiers. (Plus d’informations dans la politique de confidentialité)

10. Charles et Ray Eames: Elephant

En 1945, Charles et Ray Eames ont conçu un éléphant jouet en contreplaqué. Seuls deux prototypes ont vu le jour. Le couple américain est devenu célèbre pour son travail de pionnier dans le domaine du plastique, qui lui a permis de produire à faible coût des coques pour ses chaises. En 2007, pour marquer le 100e anniversaire de Charles Eames, Vitra a lancé une édition limitée de l’éléphant. La demande fut telle que la pièce hybride entre sculpture, siège et jouet pour enfants a été produite en série. L’éléphant convient aussi bien aux enfants qu’aux adultes, et est fabriqué en bois ou en plastique. Les prix vont de 200 à 1 500 francs.

L’éléphant siège de Charles et Ray Eames à côté d’un portemanteau.

Un éléphant jouet qui servait également de siège a lancé la carrière de Charles et Ray Eames. Il est encore disponible aujourd’hui pour les adultes et les enfants.

Prochain article à lire

Sur notre site web, nous utilisons des cookies et des outils d’analyse pour améliorer continuellement la convivialité du site, afin de pouvoir vous offrir le meilleur service possible et d’adapter la publicité en fonction de vos intérêts individuels sur notre site et sur ceux de nos partenaires publicitaires. En naviguant sur notre site web, vous consentez à l’utilisation des cookies. Vous pouvez trouver des dispositions plus détaillées dans notre politique de confidentialité.